Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Covid-19 – Masques, confinement, mesures barrières : des enfants « bloqués » avec des symptômes proches de l’abandon ou de la maltraitance, l’Espagne donne l’alerte

Attention, stress toxique. Des spécialistes de la santé de l’enfant et l’adolescent en Espagne alertent au sujet d’un phénomène dû aux mesures barrières pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Cette conséquence du port du masque et de l’isolement est appelée stress toxique, et il touche plus particulièrement les plus jeunes. Jusqu’à, parfois, prendre la forme de symptômes comparables à ceux retrouvés chez les enfants abandonnés ou maltraités. Comme ce fut le cas chez ces « mineurs bloqués » signalés un peu partout en Espagne, incapables d’explorer, d’étudier ou de réfléchir que ce soit avec leurs enseignants ou leurs parents. 

Ainsi, ce sont pas moins de 2 000 spécialistes de tout le pays qui ont signé un manifeste intitulé « Pour une éducation et une santé sans stress toxique pour les enfants et les adolescents », dans lequel ils considèrent comme nuisibles certaines mesures barrières imposées à l’école, dans des établissements de santé et même à la maison. 

Tout sauf une requête anti-masque

Parmi elles, le port du masque. Ou plus précisément, l’utilisation ininterrompue de masques pour des personnes qui sont une référence pour les mineurs dès le plus jeune âge, selon Gorka Saitua, pédagogue et éducatrice familiale à l’initiative de la démarche. Les enfants de 0 à 5 ans ont besoin de voir le visage de leurs parents « pour réguler le stress. Ils ont besoin de capter les signaux de sécurité qu’ils offrent car nous savons qu’un visage sans expression rapporte à ces âges des niveaux de stress qui ne peuvent être tolérés », explique-t-elle dans les colonnes de Telecinco. Avant de citer d’autres mesures qui peuvent également avoir un impact important sur les mineurs comme l’absence de période d’adaptation, l’isolement, ou l’impossibilité de voir d’autres enfants (en Espagne, chaque cellule familiale est isolée des autres en cas de contamination). 

Le but : « réactiver le débat » sur les mesures en vigueur pour lutter contre le Covid-19 et ses impacts au niveau de la petite enfance, de la deuxième enfance et de l’adolescence. Alors que l’épidémie en Espagne, comme en France, a considérablement baissé grâce à la vaccination. Tout sauf une requête anti-masque. Plutôt une question à l’instant « t » dans la mesure où certains gestes barrières pourraient être revus car ils nuisent aux enfants.

Articles populaires