Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Attaque à l’arc en Norvège – Une Narbonnaise, étudiante à Kongsberg, témoigne : « Ce n’est pas croyable ce qui s’est passé »

Originaire de Narbonne, Sarah Vincent, dans le cadre de son cursus scolaire, est inscrite pour un semestre à l’université de Kongsberg en Norvège, ville où un homme, armé d’un arc, a tué 5 personnes et blessé très grièvement deux autres, mercredi soir. Elle témoigne.

« Je suis choquée mais tout va bien ». La jeune narbonnaise Sarah Vincent, contactée, ce jeudi matin au téléphone, est encore stupéfaite par ce qui s’est passé, mercredi soir, dans la ville où elle étudie depuis le 9 août dernier. Étudiante à TBS Business School à Toulouse, elle suit un semestre en business management en Norvège jusqu’à la mi-décembre.

 « Vers 18 heures, J’ai entendu un ballet d’hélicoptères. Mais je n’ai pas trop fait attention car ici il y en a souvent. Puis, j’ai été prévenue rapidement. On a un groupe sur le téléphone avec les internationaux de l’université. L’une d’elles m’a informée qu’il y avait un homme qui venait de tirer avec un arc sur quelqu’un et qu’il ne fallait surtout pas sortir. J’ai cru que c’était un règlement de compte. Mais non », explique Sarah.

« Même s’il y a eu l’attentat sur l’île d’Utøya en 2011, je pensais que la Norvège, c’était hyper sûr ».

Elle reprend : « Heureusement que je venais de rentrer chez moi. Ce n’est pas le supermarché que je fréquente mais c’est à deux pas de chez moi. C’est à proximité du chemin que je prends pour aller à l’université ». L’étudiante précise :  » Kongsberg, c’est plus petit que Narbonne. Il n’y a que 28 000 habitants, on a vite fait le tour ». Sarah avoue « avoir mal dormi la nuit dernière. J’ai regardé les articles sur internet pour être au courant. Parmi les blessés, il y a un policier en civil qui était dans le supermarché ».

Une photo des lieux de l’attaque prise par Sarah ce matin.
L’Indépendant – DR

Les cours à l’université n’ont pas été suspendus. Sarah devait d’ailleurs y aller ce jeudi après-midi. « Mais l’université nous a informés qu’une cellule psychologique allait être mise en place si on en avait besoin ». La Narbonnaise nous a assuré ne pas vouloir s’y rendre.  

Et Sarah de confier : « Ce n’est pas croyable ce qui s’est passé. Nous, on a eu les attentats à Toulouse, à Paris. Même s’il y a eu l’attentat sur l’île d’Utøya en 2011, je pensais que la Norvège, c’était hyper sûr ».

A lire aussi :
Drame en Norvège – Le suspect de l’attaque à l’arc qui a fait 5 morts est un citoyen danois

Articles populaires