Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Une foule d’invités pour inaugurer l’hôpital privé du Grand Narbonne

Initié dès  2016 par le groupe Elsan, l’hôpital privé a officiellement ouvert ses portes en juin dernier. Ce jeudi soir, des centaines de partenaires, soignants, élus locaux… étaient conviées pour une inauguration en musique.

Pas moins de 500 invitations  ont été lancées pour l’occasion : une structure d’excellence comme l’Hôpital privé du groupe Elsan méritait bien une cérémonie d’inauguration à la hauteur. Les élus du Grand Narbonne dont son président Didier Mouly, le sous-préfet Rémi Recio,  le directeur de l’Agence régionale de santé Pierre Ricordeau, le directeur des opérations du constructeur Icade santé Philippe Ingouf… étaient notamment attendus. Mais avec les fortes pluies de la veille, il a fallu déployer pelleteuses, pompes et force gravier pour rendre le terrain accessible. Qu’à cela ne tienne, l’inauguration en grande pompe et en musique, avec la complicité du groupe Eko Eko, fut un succès.

« Le vœu de s’inscrire parmi les hôpitaux les plus cotés de France »

Thierry Chiche, président du groupe Elsan, a souligné l’engagement des élus dans ce projet à près de 100 millions d’euros : «Un soutien qui compte dans le choix de la localisation de nos établissements… nous avons eu la détermination collective d’aller au bout».  Valéry Folcher, directeur de l’hôpital privé a mis l’accent sur l’excellence de l’établissement, «avec une offre de soins à la pointe et 25 disciplines réunies, chimiothérapie, dialyse, imagerie… 10 salles de bloc opératoire,  près de 300 lits, 500 collaborateurs… et le vœu de s’inscrire parmi les hôpitaux les plus cotés de France».

Quant à la question de la desserte par les transports publics, c’est Jean-Marc Jansana, vice-président du Grand Narbonne, qui a répondu : «Une étude a été demandée sur l’origine géographique des salariés pour mieux définir leur mobilité. Il y a un problème supplémentaire dans le fait que hors agglomération, on ne peut pas être debout comme dans un bus de ville, il faut être assis et ceinturé. La réflexion porte sur plusieurs scénarios. Soit la mise en place d’une navette dédiée depuis la médiathèque  (nous avons établi un chiffrage pour une navette de 22 places et une navette de 50 places). Soit le renforcement de la ligne 12 pour les scolaires en provenance de Villedaigne». 

Articles populaires