Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

trois phrases à retenir de l’interview de Yannick Jadot au « 20 heures » de France 2

Quelques heures après sa victoire à la primaire écologiste, mardi, l’eurodéputé a détaillé ses ambitions et réagi à un sondage ne le créditant que de 6% des suffrages.

Article rédigé par

Publié le 28/09/2021 21:33

Mis à jour le 28/09/2021 22:40

Temps de lecture : 1 min.

Yannick Jadot a choisi le « 20 heures » de France 2, mardi 28 septembre, pour ses premières déclarations en tant que candidat désigné à l’élection présidentielle. Un peu plus tôt, en fin d’après-midi, l’eurodéputé de 54 ans a remporté le second tour de la primaire écologiste, avec 51,03 % des voix, devant sa concurrente Sandrine Rousseau. Voici trois phrases à retenir de son interview.

« Cette fois, on vient pour gagner »

Défenseur de « l’écologie de gouvernement », Yannick Jadot a affirmé que sa candidature avait pour vocation à aller jusqu’au bout. « Cette fois, on ne vient pas pour témoigner, on vient pour gagner », a-t-il prévenu, en référence à son retrait au profit du socialiste Benoît Hamon avant la présidentielle de 2017.

« La campagne des écologistes démarre ce soir »

Un sondage Harris Interactive réalisé ces derniers jours et publié mardi (avant l’annonce des résultats) crédite Yannick Jadot de 6 % des intentions de vote, un point derrière Anne Hidalgo, la candidate du PS, et sept derrière Jean-Luc Mélenchon, le leader de LFI. « La campagne des écologistes démarre ce soir puisqu’il y a ma candidature pour porter le projet écologiste », répond l’ancien responsable de Greenpeace, en espérant créer une dynamique autour de sa candidature.

« Je propose 50 milliards d’euros d’investissements »

Interrogé sur le financement de son programme, le candidat des Verts a défendu la nécessité de « réorienter » les aides aux entreprises. « Le plan d’investissement que je propose, c’est 50 milliards [par an], c’est 2 % du PIB (…) La grande différence avec ce que fait ce gouvernement, c’est que nous allons conditionner les euros d’argent public au climat, à la justice sociale, à l’égalité femmes-hommes. »

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires