Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

« La gauche doit porter un message fort »

Baptiste Ménard, 27 ans, adjoint au maire de Mons-Barœul, membre du Parti socialiste. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Alors que les journées parlementaires du PS se tiennent du 6 et 8 septembre à Montpellier pour préparer l’élection présidentielle de 2022, rencontre avec un jeune socialiste pour qui « il y a beaucoup de travail à faire à gauche ». 

À 27 ans, Baptiste Ménard est adjoint à la mairie de Mons-en-Barœul, une ville de 20 000 habitants dans le Nord, où il est en charge de la démocratie participative et de la e-administration. C’est à l’âge de 15 ans qu’il a décidé de s’engager au Mouvement des Jeunes socialistes (MJS) : « C’était le cadeau d’anniversaire que j’avais demandé à mes parents ». Dès son plus âge donc, Baptiste a la conviction que la politique peut améliorer la vie des citoyens.  « Je voyais les inégalités sociales et territoriales se creuser donc j’ai eu envie d’agir pour les réduire, explique-t-il. J’ai été délégué de classe. J’ai toujours eu envie de m’engager pour les autres. » 

Né à Dakar au Sénégal et abandonné, Baptiste a été adopté à l’âge de trois mois. Ses parents sont enseignants. Ce sont eux qui « m’ont inculqué les valeurs de la République », raconte-t-il avec fierté, avant d’ajouter : « J’ai adopté la France en même temps que j’ai adopté ma famille. C’est peut-être ça qui m’a donné envie de m’engager. On se dit que si on est là, si on a survécu, c’est qu’il y a peut-être quelque chose à faire. »

Baptiste Ménard a choisi le Parti socialiste pour ces « figures socialistes » qui l’ont « toujours inspiré ». « François Mitterrand, Pierre Mauroy dans le Nord…Ce sont ces parcours qui m’ont donné envie d’appartenir à cette grande famille », raconte-il, admiratif. Mais il concède que « c’est vrai qu’aujourd’hui le PS n’arrive pas à convaincre alors qu’on n’a jamais eu autant besoin de la gauche ». 

La gauche n’a jamais été aussi inaudible.  

Baptiste Ménard, adjoint à la mairie de Mons-en-Barœul

franceinfo

Qui pour rassembler la gauche ? « C’est la grande question », avoue Baptiste, pour qui cette question de l’incarnation n’est pas la plus importante. « Moi j’attends les projets. Il y a beaucoup de travail », dit-il.

Dans quelques années, Baptiste Ménard s’imagine toujours engagé mais peut-être d’une autre manière : « Je pense qu’on peut agir de mille façons (…) Aujourd’hui j’aime ça et j’ai envie de continuer et de réussir dans les combats qu’on doit incarner. »

A lire aussi

  • Guilhem Carayon, 22 ans : « Je suis en rupture avec la vieille politique »
  • Ludovic Perney, 25 ans : « A droite, si on n’est pas unis, on perd »
  • Justine, 22 ans : « Voler avec la Patrouille de France, je n’aurais jamais pensé faire ça un jour »
  • Hannil Ghilas, 18 ans : « 80% de nos quartiers, à Marseille, c’est la solidarité, l’amour, l’entraide »
  • Lansky Namek, 23 ans : « Personne ne me représente au niveau politique »

Sujets associés

Articles populaires