Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Gaz, électricité, chèque énergie, essence… Ce qu’il faut retenir du « bouclier tarifaire » annoncé par Jean Castex face à la hausse des prix de l’énergie

Un bouclier face à la flambée. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé, jeudi 30 septembre, sur TF1, une série de mesures pour faire face à l’augmentation des prix de l’énergie provoquée par la reprise économique. « Nous allons mettre en place un bouclier tarifaire pour nous prémunir contre ces hausses de tarifs », a-t-il déclaré. Franceinfo revient sur ces annonces.

Pour le gaz : des prix bloqués de novembre à avril

Première énergie évoquée par le Premier ministre : le gaz. Après l’augmentation de 12,6% en octobre, « il n’y aura plus d’augmentation du prix du gaz », a promis le Premier ministre. Un blocage permis par le fait que les prix devraient baisser en avril 2022 : « Nous avons à gérer une bosse », a-t-il déclaré, en promettant « d’accompagner » les distributeurs.

Pour compenser ce blocage, la chute habituelle et attendue des prix du gaz au printemps, après la saison du chauffage, sera ensuite répercutée seulement en partie sur les consommateurs pour permettre aux opérateurs de récupérer les sommes payées en plus pendant l’hiver sans pouvoir les facturer aux consommateurs. C’est ce que le gouvernement appelle un « lissage » des prix.

Pour l’électricité : une hausse limitée à 4%

Le gouvernement va également limiter la prochaine hausse prévue des prix de l’électricité, qui doit avoir lieu en février 2022, à 4%. Si une majorité de l’électricité française provient du nucléaire et des énergies renouvelables, une petite partie reste liée au gaz, laissant craindre une augmentation de 12%. Pour limiter cette hausse, le gouvernement va « diminuer une taxe sur l’électricité », via un amendement au projet de loi de finance.

Pour l’essence : pas d’annonce, mais le gouvernement reste « attentif à la situation »

Le Premier ministre a également été interrogé sur l’augmentation des prix de l’essence. « L’essence avait baissé pendant la crise du Covid et nous revenons à des niveaux d’avant-crise. On n’est pas dans l’explosion que l’on constate sur les cours mondiaux du gaz ou de l’électricité. Nous sommes attentifs à cette situation », a-t-il déclaré.

Chèque énergie : une nouvelle revalorisation si les mesures prises ne suffisent pas

Jean Castex a également fait une annonce sur le chèque énergie, un dispositif créé après la crise des « gilets jaunes » et destiné à plusieurs millions de ménages modestes. Un premier versement supplémentaire de 100 euros avait déjà été décidé pour le mois de décembre. « Si les mesures que nous prenons ne sont pas suffisantes, nous le revaloriserons », a-t-il promis.

Articles populaires