Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Autoroute gratuite en Catalogne : circulez, y a plus rien à payer !

Les 150 kilomètres d’autoroute entre Le Boulou et Barcelone peuvent être empruntés gratuitement depuis ce mercredi 1er septembre, et mener ainsi jusqu’à Alicante. Ce tronçon de l’AP-7, le dernier à lever les barrières de péage, était pourtant mercredi après-midi peu fréquenté. Et la majorité des usagers croisés se montraient surpris car non informés de la bonne nouvelle.

« Ne vous arrêtez pas ». Le message a beau s’afficher à chaque barrière de péage entre La Jonquera et Barcelone, les Français croisés ce lundi de l’autre côté de la frontière, s’étonnent encore de ne plus avoir à mettre la main à la poche. « On a été surpris ce matin !, s’exclame Dominique, une habitante du Barcarès sur le point de visiter le musée Dali de Figueres avec ses amis du Pas-de-Calais. On ne savait pas si on pouvait passer ou non ». 

Comme une expérience surréaliste avant l’heure pour la Barcarésienne qui voit là une incitation à « venir encore plus souvent en Espagne, c’est super bien de ne plus payer l’autoroute ». Quelque 5 euros économisés entre Perpignan et Figuères et près de 15 euros jusqu’à Barcelone. 

Au péage de Figueres nord, les barrières levées laissent passer les véhicules.
L’Indépendant – F. M.

« En France, on les a payées 50 fois ! »

« On a pris le ticket au Boulou et arrivés à Figueres, il n’y avait plus de barrière, constate Christine, venue avec son époux faire du shopping depuis Port-Vendres. C’est sympa de ne plus payer ». « Oui parce qu’en France, on les a payés 50 fois les autoroutes ! », ajoute Marc, visiblement habitué à tendre le bras le long des autoroutes françaises.
Florent lui, vacancier du Val-de-Marne croisé à La Jonquera, n’a même pas remarqué ce nouvel attrait de la touristique Espagne : « On n’a pas fait attention, on a le badge d’autoroute et vu que c’était vert on ne s’en est pas aperçu ».

Quelques heures après son entrée en vigueur, la gratuité de l’AP-7 faisait donc d’heureux surpris, reconnaissables à leur troisième feu stop longuement activé sous les barrières levées, mais aussi des déjà conquis par la mesure, qui s’autorisaient un petit coup d’accélérateur devant les bornes désactivées.

Articles populaires