Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Aude : du producteur à l’assiette, une microentreprise née du Covid se dégage un premier salaire

Au premier confinement de mars 2020, Sarah Ménager gérait une société de décoration florale pour les mariages. Sans activité elle se lance dans la vente directe de produits frais dans la région de la Montagne Noire. En septembre 2021, la société Tout O’Pré dégage un premier salaire et fonctionne par la commande en ligne et un système de points relais. 

Elle en rit aujourd’hui, mais au début de l’activité improvisée dans les villages reculés de la montagne Noire audoise, elle ne savait plus où donner de la tête. 110 paniers de producteurs à livrer sur un territoire assez vaste, avec des relais locaux gérés par des bénévoles certes, mais des commandes qui se faisaient au téléphone, ou sur papier retranscrit dans un fichier numérique. Une vraie usine à gaz, mais aussi une réponse adaptée à une demande croissante de produits locaux, du producteur au consommateur. Une demande qui perdure, « même si cet été, avec les départs en vacances qui ne s’étaient pas faits l’été 2020, on a eu peur ». L’activité s’est pourtant maintenue.

« Il y a les gens attachés au projet depuis le début, qui étaient isolés des commerces en mai 2020, d’autres ont pris l’habitude d’être servis jusque dans leur village, et puis il y a ceux qui veulent tout simplement participer à cette nouvelle forme d’économie locale. Et puis il y a surtout les producteurs, que nous avons rencontrés récemment – une réunion vraiment très émouvante – qui nous disent qu’ils étaient soulagés de nous avoir en mai 2020 pour écouler leur production, leur engagement continue pour cela aussi, ça a créé un lien entre consommateurs et producteurs », explique la toute jeune… salariée de Tout O’Pré. Depuis une semaine, Sarah Ménager peut se dégager un salaire de chargée de développement, grâce à une construction astucieuse. Tout O’Pré a intégré la coopérative Sic Sapie basée à Limoux qui a aidé à monter le projet, à le professionnaliser, et qui la salarie en tant qu’entrepreneuse salariée. Une subvention de 45 000 € de l’Etat obtenue dans le cadre de France Relance, permettra à Sarah Ménager d’acheter un camion semi-frigorifique cette semaine, et les communes de Cuxac-Cabardès dans un premier temps, et désormais Villegailhenc mettent un local à disposition.

45 producteurs et 20 points relais (et donc autant de bénévoles pour la redistribution aux particuliers), une moyenne de 110 paniers par semaine et plus de 500 clients, un site internet entièrement repensé avec le concours de la plateforme libre Copcircuit faisant penser à un site de vente en ligne traditionnel … Pour Sarah Ménager, qui « turbine comme une malade depuis un an et demi », l’effort ne doit pas être coupé pour autant. « On va développer d’autres stations, on est encore dans la construction, et puis il y a de la concurrence maintenant, il faut qu’on se démarque. On nous demande des paniers pique-nique, des paniers de Noël et de la qualité, mais ça, elle est au rendez-vous depuis le début ».

https://toutopre.fr/ 

Articles populaires