Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Aude : 20 policiers de plus, précieux renforts pour le département

Vingt policiers et deux agents administratifs rejoignent les effectifs à Carcassonne et Narbonne, majoritairement pour les missions de police secours et de sûreté.

Investi par les policiers carcassonnais en mars, inauguré par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin le 8 juillet, le commissariat flambant neuf du chef-lieu de l’Aude accueillait ce mercredi 1er septembre une cérémonie unanimement appréciée : le moment était forcément précieux pour le préfet de l’Aude, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) Laurent Coindreau, mais aussi les syndicats (Unsa, Alliance, SGP-FO), tous d’accord sur l’importance de l’arrivée de ces 22 renforts. Au terme de cette journée de « prise de contact, de familiarisation avec l’environnement et de rencontre avec la hiérarchie » décrite par le commissaire, les 20 policiers et deux agents administratifs débuteront leurs missions. A Narbonne pour deux d’entre eux, à Carcassonne pour ces 20 nouveaux arrivants, des policiers issus de Toulouse, de la région parisienne, de l’Hérault, du Tarn ou encore des Bouches-du-Rhône.

Des renforts qui font grimper à 340 personnels les effectifs de la DDSP dans le département et permettront, en plus d’un « redéploiement interne » autorisé par ces mouvements, de renforcer des services en souffrance : « La plupart de ces policiers vont être affectés en unité de Police secours, précisait le DDSP. Nous n’avions souvent qu’une seule voiture à mobiliser, et nous étions un peu fragiles le week-end, avec certains appels au 17 qui ne pouvaient pas être satisfaits. Nous aurons désormais en permanence deux voitures disponibles, voire trois. » Autre destination pour quatre des renforts, la sûreté, et plus précisément la brigade des atteintes aux personnes, « une priorité nationale mais aussi départementale », rappelait Laurent Coindreau.

La population, dans sa très grande majorité, soutient sa police nationale

Autant de missions rappelées dans son discours de bienvenue par le préfet Thierry Bonnier, après avoir évoqué les « meilleures conditions de travail » et « d’accueil de la population » autorisées par le nouveau commissariat : « Ces renforts vont permettre de conforter la présence sur la voie publique, de répondre plus efficacement aux missions de Police secours et de lutter contre la délinquance ». Un effort souligné de l’Etat qui, d’ici la fin d’année, devrait aussi passer par la signature de contrats de sécurité intégrée avec les Villes de Carcassonne et Narbonne, ainsi que le Grand Narbonne, pour « aller plus loin dans la coopération », en associant « Education nationale et les parquets », avec notamment l’atout du déploiement d’officiers de police judiciaire.

Un rendez-vous donné après avoir évoqué les missions et valeurs de policiers « dévoués à la sécurité des Français qui ont tous droit à la même sécurité et à la même tranquillité » : entre « honneur », « courage », « don de soi », « rigueur », « fermeté » et « souci permanent de l’intérêt général », une longue liste livrée tout en soulignant la difficulté de la tâche : « Vous serez parfois confrontés à la misère sociale, au drame humain, à l’indifférence, voire à l’ingratitude. Mais vous pourrez toujours compter sur mon soutien, celui des élus, de votre hiérarchie. » Et d’assurer que « la population, dans sa très grande majorité, soutient sa police nationale ».

Syndicats : des renforts salués, tout en rappelant le besoin d’OPJ à Narbonne

C’est avec un rappel historique permettant de mesurer l’importance de ces renforts que Jérôme Garcia, secrétaire départemental d’Unité SGP FO Police, appréciait l’arrivée de 22 nouveaux policiers dans l’Aude : « De mémoire de policiers carcassonnais, il n’y a jamais eu autant d’arrivées de fonctionnaires sur le commissariat de police, sauf pour la fermeture du commissariat de Castelnaudary ». Une arrivée « à point nommé », donc, au regard de « la grande carence de fonctionnaires » constatée sur un département « en grande souffrance » : « C’était une nécessité, insistait Jérôme Garcia. On va pouvoir mettre plus de monde sur le terrain, sur la voie publique, et ça va redonner un peu de moral. » Satisfaction, donc, tout en assurant de la vigilance à venir « pour que cette nouvelle jauge soit respectée, car nous avons des fonctionnaires vieillissants, avec un bon tiers à quelques années de la retraite ». 

Jérôme Dias, pour l’Unsa Police, rappelait que ces arrivées allaient également permettre « la mise en place de nouveaux cycles, avec un week-end travaillé sur deux et non plus cinq sur six. Ca va changer la vie professionnelle et donc personnelle de nombreux policiers ». Un satisfecit de plus, sans pour autant oublier d’évoquer la situation narbonnaise, sujet abordé le 8 juillet lors de la visite de Gérald Darmanin : « Il y a toujours la nécessité de renforts en officiers de police judiciaire. Le profil des recrues qui arrivent ce 1er septembre ne correspondait pas, il faut des OPJ opérationnels de suite » , détaillait Frédéric Trawinski, d’Alliance. Un sujet sur lequel, là aussi, les syndicats assuraient de leur « vigilance ».

Articles populaires