Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Covid-19 – L’assouplissement du pass sanitaire inquiète des scientifiques

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce samedi des assouplissements dans l’application du pass sanitaire qui entre en vigueur ce lundi. Plusieurs scientifiques s’en inquiètent.

L’extension du pass sanitaire sera effective ce lundi 9 août dans de nombreux lieux comme les bars, restaurants et établissements de santé (la liste complète des lieux où il sera obligatoire dès lundi est à consulter ici) , avec des amendes prévues pour les fraudeurs.

En revanche, quelques assouplissements à son application ont été concédés, comme l’a révélé Olivier Véran dans Le Parisien. Ainsi, la durée de validité des tests de dépistage négatifs a été étendue de 48h à 72h alors qu’il sera désormais possible d’effectuer des autotests supervisés par un professionnel de santé, en plus des tests antigéniques et PCR. Une décision que regrettent plusieurs scientifiques.

Gilbert Deray, chef du service néphrologie à la Pitié-Salpêtrière, estime ainsi sur Twitter que le pass sanitaire est vidé « de sa substance avec l’auto test et le délai de 72 h pour apaiser les anti Pass ». Il appelle à « rétablir le masque à l’intérieur » en contrepartie des concessions annoncées par le ministre de la Santé.

L’annonce du Pass sanitaire était destinée à augmenter le rythme de la vaccination

C’est un succès

On le vide de sa substance avec l’auto test et le délai de 72 h pour apaiser les anti Pass

Alors il faut rétablir le masque à l’intérieur et veiller aux gestes barrières

— deray gilbert (@GilbertDeray) August 8, 2021

La pneumo-cancérologue Clarisse Audigier-Valette décrit même, elle aussi via un tweet, un pass sanitaire qui est devenu une « passoire sanitaire ».

L’infectiosité supérieure du variant Delta est un facteur qui rend ces assouplissements dangereux selon l’épidémiologiste Dominique Costagliola. « Selon de premières estimations, la durée d’incubation est un peu plus courte avec ce variant Delta, un peu moins de quatre jours. Et on sait qu’on peut être infectieux auparavant, donc on peut être négatif tel jour et contagieux 72 heures plus tard« , souligne-t-elle dans les colonnes du Parisien. Pour elle, repousser le délai de validité des tests à 72 heures semble « totalement incohérent » car ces derniers ne permettent pas de s’assurer aussi longtemps d’une absence de risque d’être contagieux.

Articles populaires