Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Covid-19 – La fin de la gratuité des tests à la mi-octobre divise les spécialistes 

Annoncée ce mercredi 11 août, cette mesure vise à alléger le coût du dépistage pour l’Assurance-maladie mais également à inciter les récalcitrants à se faire vacciner. 

La fin de la gratuité des tests – hors prescriptions médicales – « devrait entrer en vigueur à la mi-octobre », a annoncé Gabriel Attal à l’issue du conseil de défense et de sécurité sanitaire ce mercredi 11 août. 

En juillet dernier, Emmanuel Macron envisageait déjà cette mesure en cas de forte progression du covid-19 et d’un taux vaccinal stagnant. C’est désormais acté. Passé la mi-octobre, les personnes qui souhaiteront réaliser un test Pcr devront le payer de leur poche, soit débourser 44 euros, à moins qu’elles ne disposent d’une prescription médicale. Cette mesure permettra de limiter les « tests de conforts » réalisés par des personnes qui souhaitent obtenir le pass sanitaire sans se faire vacciner ou pour enlever le doute d’une potentielle contamination. Les tests effectués par des personnes symptomatiques ou par des cas contacts continueront d’être pris en charge par l’assurance maladie.

Risque de contaminations non détectées

Depuis le 9 août, le pass sanitaire permet d’ouvrir les portes de nombreux lieux publics. Pour les personnes non-vaccinées et jamais contaminées, la présentation d’un test négatif de moins de 72 heures est le seul moyen d’obtenir le précieux sésame. La fin de la gratuité de ces tests Pcr divise les spécialistes. D’aucuns dénoncent une négligence des contaminations: les personnes qui venaient se faire vacciner par prudence ne prendront sûrement plus cette précaution.

L’incitation vaccinale établit en mettant fin à la gratuité des tests reste difficile à évaluer. Selon l’épidémiologiste Renaud Piarroux, « à la mi-octobre, ceux qui ne seront pas déjà vaccinés sont ceux qui ne veulent vraiment pas le faire », et qui resteront imperméables à toute forme d’incitation, souligne-t-il à France Info. Plusieurs experts saluent également les économies qui seront réalisées en mettant fin au remboursement systématique de cet acte médical. Cinq milliards d’euros sont alloués au financement du dépistage pour la seule année de 2021 et le budget sera sans doute dépassé. 

Articles populaires