Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Covid-19 – Évoquée à plusieurs reprises ce mercredi, la menace d’une quatrième vague plane déjà au-dessus de la France 

À cause du variant Delta du coronavirus SARS-CoV-2, bien plus contagieux que les autres variants en circulation, et déjà plus transmissibles que la souche initiale, les craintes d’une nouvelle vague à la rentrée ressurgissent en ce début d’été. 

Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du conseil scientifique, a déclaré ce mercredi sur BFMTV qu’il fallait s’attendre à une augmentation du nombre de cas à la rentrée, « en septembre-octobre », en raison de la présence d’un variant Delta « plus transmissible ».

« Ce variant Delta, en deux mois, va très vraisemblablement remplacer les virus qui sont actuellement présents sur le territoire français, à l’exception peut-être du variant sud-africain (…) Il va devenir prédominant », a estimé Arnaud Fontanet.

Autre message inquiétant, celui du président du conseil scientifique. La France devrait connaître une quatrième vague épidémique de COVID-19 en raison de la propagation du variant Delta du coronavirus mais elle sera plus « nuancée » que les trois premières en raison du développement de la vaccination, a déclaré mercredi Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique.

Enfin et surtout, le gouvernement est également inquiet de la progression « très rapide » du variant Delta, désormais en cause dans environ 20% des nouvelles contaminations en France, soit le double de la semaine dernière. Dans ce contexte, le gouvernement a assuré ce mercredi, par la voix de son porte-parole Gabriel Attal que « la vigilance rest(ait) absolue ». Il a également souligné l’importance de la vaccination pour éviter une quatrième vague. 

Si à l’échelle nationale, la situation s’est encore améliorée (avec 18,5 nouvelles contaminations pour 100.000 habitants par semaine, soit un niveau sans précédent depuis août dernier), « depuis quelques jours le taux d’incidence au niveau national semble ne plus diminuer », a en effet observé Gabriel Attal lors du compte rendu du conseil des ministres.

Pour autant, « nous avons (…) toutes les cartes en main pour éviter une quatrième vague », a déclaré Gabriel Attal en soulignant que la reprise épidémique observée ces dernières semaines dans les Landes semblait avoir été contenue, même si la situation de ce département reste « trop instable, trop fragile ».
 

Articles populaires