Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

« Le projet d’Emmanuel Macron et du macronisme, c’est Emmanuel Macron tout seul », tance le LR Bruno Retailleau

Publié le 28/06/2021 10:39

Article rédigé par

Au lendemain du deuxième tour des élections régionales et départementales, le président du groupe Les Républicains au Sénat estime sur France Inter lundi que sa famille politique a une « responsabilité particulière » et qu’elle doit, à ce titre, se rassembler.

« Le projet d’Emmanuel Macron et du macronisme, c’est Emmanuel Macron tout seul », tance sur France Inter Bruno Retailleau, sénateur LR de Vendée et président du groupe LR au Sénat au lendemain du second tour des élections régionales et départementales. « Macron a voulu déconstruire, mais il n’a rien construit. Quelle nouvelle pensée politique nous propose-t-il ? Le progressisme ? Tu parles ! Je pense qu’il n’a pas réussi à créer, à susciter un élan. Il est déconnecté », pointe Bruno Retailleau.

>> DIRECT. Résultats des élections régionales : Emmanuel Macron « s’exprimera sur le cap des dix prochains mois » en juillet, annonce Gabriel Attal

Face à l’abstention et à la défaite LREM Bruno Retailleau pense qu’Emmanuel Macron « va faire à nouveau comme si de rien ne s’était passé », ce qui encourage, selon lui, l’abstention. Le sénateur LR aimerait que le président de la République « en tire les conséquences, c’est-à-dire qu’il arrête avec le ‘en même temps’, qui ne mène à rien, qu’il arrête les galipettes avec les YouTubeurs à l’Elysée et qu’enfin, il pratique une politique qui soit à même de rétablir l’ordre en France ». Au lendemain de ces scrutins, où la droite « est aujourd’hui majoritaire en France », Bruno Retailleau estime que Les Républicains « ont une responsabilité particulière » et « appelle [sa] famille politique à se rassembler ».

« Nous seuls sommes en mesure de perturber le duel entre Marine Le Pen et M. Macron. »

Bruno Retailleau

à France Inter

Trois possibles candidats à la présidentielle sont sortis renforcés de ces élections régionales, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand faisant craindre une guerre à droite pour l’investiture. « C’est vrai que nous sommes une droite querelleuse, un peu gauloise, l’histoire ne parle pas forcément pour nous », admet Bruno Retailleau qui en appelle une fois de plus « à cette responsabilité, parce que sur nos épaules, il pèse quelque chose de lourd ». « On ne va pas commencer à se chamailler. Je pense que cette responsabilité doit nous permettre d’être à la hauteur des enjeux et le résultat de dimanche nous oblige », espère-t-il.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Postes connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes