Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

le plan de Fabien Roussel pour doubler Jean-Luc Mélenchon

Fabien Roussel au siège du PCF, le 11 mai 2021. (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS VIA AFP)

Les relations entre Fabien Roussel et Jean-Luc Mélenchon ne sont pas bonnes, voire exécrable, depuis que le chef de file de La Frane insoumise a préféré soutenir la candidature de l’écologiste Karima Delli dans les Hauts-de-France, plutôt que celle du secrétaire national du PCF. Mais qu’à cela ne tienne : Fabien Roussel compte prendre sa revanche à la présidentielle. Sa campagne démarre le 7 juillet, avec une caravane qui va sillonner le littoral, de Marseille à Saint-Malo, pour faire connaître ses idées et sa personne.

Le candidat communiste reconnaît qu’il a du retard à rattraper en matière de notoriété. Il lui faut être plus visible. D’où les couleurs flashy de la caravane – du rouge, du mauve, du rose et du jaune fluo – qui correspondent aux couleurs de sa future affiche de campagne. Elle sera ainsi reconnaissable parmi mille sur les panneaux d’affichage électoraux.

La tête de Fabien Roussel figurera aussi en grand sur le véhicule, qui s’arrêtera dans 41 villes. A chaque fois : auvent déplié, chaises et tables installées, tracts et pétitions distribuées… et jeux de société à foison, dont un cahier de vacances très politique édité par le Parti communiste.

Sur le fond, les troupes du PCF porteront trois grands thèmes : la jeunesse, le pouvoir d’achat et la lutte contre l’évasion fiscale. Fabien Roussel a déjà commencé à rôder ce dernier, en s’engageant, s’il est élu, à nommer un ministre entièrement dédié à la lutte contre la fraude fiscale.

Surtout, le candidat communiste compte sur le second tour des régionales pour lui fournir de nouveaux arguments à faire valoir. Dès lundi, ses équipes vont regarder canton par canton où le Parti Communiste progresse, où il fait reculer le Rassemblement national. Selon des projections internes, le PCF aura, à l’issue du second tour des élections de dimanche, des conseillers régionaux dans dix régions. Et plus de 150 conseillers départementaux. Ce qui veut dire qu’il aura encore renforcé son implantation territoriale… « contrairement à la France Insoumise », fait valoir l’entourage.

C’est un élément très précieux dans une présidentielle, parce que pour être candidat, il faut avoir 500 parrainages d’élus. Fabien Roussel veut faire le plein auprès des siens, pour avoir “le plus de signatures possibles.” Donc assécher aussi le vivier dans lequel Jean-Luc Mélenchon espère pêcher.

“L’objectif n’est pas juste de pouvoir me présenter, dit Fabien Roussel, c’est d’avoir une assise et une dynamique territoriales pour la campagne.” Les élections régionales et départementales, puis le tour de France estival de la « caravane des Jours heureux », doivent lui permettre en mettre en branle la machine.

A lire aussiSujets associés

Postes connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes